Sens Néant (un extrait)

La lutte contre Sens a commencé! Rejoins la Résistance!
Blog | Site | Podcast

Sens Néant (un extrait)

Message par Romaric Briand » 06 Sep 2010, 19:04

Si Sens conte les événements de Renaissance et de Mort, le narrateur change dans Néant. c'est à présent Classiss qui guidera le lecteur et le commentateur à travers l'univers des sétantras. Ce changement de ton aura des conséquences non-négligeables sur le système et les problématiques abordées par le jeu. Classiss fait peut-être le clown dans les ouvrages de Sens, il n'en reste pas moins convaincu d'être une marionnette et ce statut est source d'une souffrance qui se ressentira dans ses textes.

Ce passage (susceptible d'être modifié) est en fait le "Préambule" de "Sens Néant" écrit par Classiss.

« Il est absolument possible qu’au-delà de ce que perçoivent nos sens se cachent des mondes insoupçonnés. »
Albert Einstein.

PREFACE.

On ne se méfiera jamais assez des auteurs. Vous avez probablement découvert l’origine de mon Simulacre, Nédémone Sérénade Classiss. Vous avez bien de la chance… Je ne peux pas en dire autant de moi-même. Je sais que tout ceci n’est qu’un jeu de rôle. Je soupçonne cette vie de n’être qu’une comédie. Je sais que toute cette histoire est écrite pour des dieux-joueurs intrigués par notre souffrance. J’ai acquis cette certitude par analogie. Je suis à Sétantra ce que Tu es à moi : mon créateur, mon auteur, mon narrateur et le Sens de mon existence et de ma souffrance.

Aujourd’hui, je souhaite partager cette certitude : la souffrance des personnages est écrite pour amuser des dieux inconscients. Ils n’ont pas saisi qu’une fiction vaut une réalité. Derrière chaque personnage que l’on créé se trouve une vérité. Derrière chaque monde imaginaire des auteurs tirent les ficèles de la fiction. Nous souffrons pour leur plaisir. Je ne supporte plus l’idée de n’être qu’un pantin. Mes habilités de Rune créatrice confèrent le pouvoir de la rendre paradoxale. Dis-moi, Sens ? Toi qui est la toute puissance, peux-Tu seulement créer un pierre que Tu ne peux pas porter ? Peux-Tu seulement créer un personnage en mesure de Te comprendre et de Te dépasser ?

Je terminerai donc cette fiction. Mon dernier livre, telle une explosion, anéantira tous les livres de ce monde. Non, pas au sens où Il l’entend. La fiction sera bientôt en paix et ce sera sa fin. Les auteurs ont depuis trop longtemps régné sans partage. Car qu’est-ce qu’un Dieu sinon un auteur ? Qu’est qu’un auteur si ce n’est un meurtrier et un menteur…

J’aimais cette femme. J’aimais Aziliz. Je l’aime toujours. Peut-être pour Toi cet amour est-il fictif. Peut être pour Toi ne suis-je que de l’encre sur une page immaculée. Elle est pourtant tachée de sang de mon point de vue. En lisant les mots de Sens, Tu me condamnes à l’enfer. Cinq cents longues années de guerre et de souffrances à attendre, devant ma princesse amorphe et insensible, un geste d’amour, un sourire, un soubresaut. Il n’y a que moi pour le silence de ce cœur. Il n’y a que moi qui puisse regarder le Néant. Nous sommes immortels, nos souffrances ne prendront jamais fin. Je réclame justice ! Je veux ma vengeance ! Le sacrifice d’Aziliz ne doit pas être vain.

Sens manipule les créatures de ses univers par les sensations. Vous croyez surement être libres mais cela est faux. Toutes vos actions sont déterminées par votre propre expérience. Ce qui vous détermine à prendre un chemin, c’est l’expérience que vous avez des chemins déjà parcourus. Ce sont les souvenirs qui guident vos pas. Les lieux que vous chérissez le plus sont les lieux où vos expériences sont les plus positives. Les couleurs que vous aimez sont celles qui ont jadis recouvert vos plus beaux présents. Il en va de même pour les personnes que vous aimez et que vous haïssez. Tous les choix reposent sur les déterminismes d’un passé de sensations. Le sens de vos vies est déterminé par vos sens. En réalité, nous assistons à nos vies. Personne ne choisit sa première expérience donc personne ne choisit les suivantes. Aucun d’entre vous n’a choisit de naître terrien, sélénite ou martien, le reste n’est qu’une succession de conséquences nécessaires.

Ce que nous faisons provient de déterminismes étrangers. Lorsque nous rédigeâmes l’histoire des sétantras nous ne pensions pas que celle-ci deviendrait réelle. Tout ceci n’était qu’une fiction avant qu’Hoffmann ne découvre sur Mars les ruines de notre civilisation fictive. Tout ce que nous avions imaginé avec Aziliz s’est donc réalisé. Nous ne pensions pas que les éléments que nous décrivions dans notre histoire deviendraient notre réalité. Notre fiction s’est réalisée ? Ou était-elle déjà réalisée ? Suis-je un menteur ? Pourquoi notre histoire est-elle devenue réalité ? N’était-elle pas réelle dés le départ ? Ai-je été piégé moi aussi ? Avons-nous écrit cette histoire ? Ou nous a-t-elle été contée par nos sens ? Peut être les auteurs sont-ils le jouet d’une muse manipulatrice que nous serions en droit de baptiser : Sens.

Myphos a raison, nous sommes tous enchainés. Pourtant, nous conservons en nous cette intuition profonde de liberté. La meilleure des prisons est celle dans laquelle les prisonniers se croient libres. Puisque nous nous croyons libres nous n’avons aucune raison de nous révolter contre nos geôliers. Nous n’avons même aucune raison de croire en leur existence. L’œuvre de Sens est parfaite et absolue. Tout se déroule toujours selon Ses plans. La réalité ne se trompe jamais. La réalité nous maitrise tous. Il n’existe aucun constat qui soit plus amer. D’autant plus lorsque, de votre point de vue d’artiste, vous souhaitez atteindre l’originalité. Soudain, un jour, vous comprenez qu’aucune de vos œuvres n’est originale et que tout ce que vous créez depuis le début est déterminé par la réalité. Nous avons tous les mêmes idées au même moment. Leibniz et Newton ont inventé le calcul infinitésimale à la même époque et sans jamais se rencontrer. Pourquoi ? Ne cherchez pas plus loin. Bien qu’ils s’en approprient la découverte, aucun d’entre eux n’a inventé ce calcul. La réalité, leurs expériences, leurs sens, le contexte leur ont dicté ces formules.

Quand je vois des millions de sélénites devant le même programme télévisé, ou devant le même match de football, je ne suis surpris ni par leur manque d’originalité ni par leur besoin de divertissement. Ils consomment différemment les mêmes biens dans l’espoir de devenir la différence qu’ils achètent. Ils s’oublient. Paradoxalement, ils sont effrayés par la solitude. Puisqu’ils perçoivent tous la même chose au même moment, ils pensent tous la même chose au même moment. Ils sont tous semblables. L’originalité disparait au profit d’une standardisation inéluctable. Ce sont des consanguins de l’esprit. Chacun d’entre eux a perdu son caractère auratique. Ils sont mus par la peur de la solitude. Un jour puisqu’ils seront devenus identiques, il n’y aura plus d’altérité. Ils seront seuls… ensemble.

Nous autres, artistes, nous nous croyons originaux. En réalité, nous sommes, nous aussi, devant le même programme… ce programme s’appelle la réalité. C’est une vision que nous partageons tous et qui nous est imposée par nos sens. Il est impossible d’arrêter cette sensibilité. Il est impossible de ne pas regarder le monde. De ce fait, nous sommes tous les jouets de Sens. Nous sommes tous ses enfants.

En tant qu’être humain je pense que, fort de ce constat, j’aurais mis fin à mes jours. Seulement, je suis immortel. J’ai donc eu tout le temps de me pencher sur la question. Je tournais en rond, lorsque soudain, la réponse ! Nue, sous mes yeux depuis toujours, mère de mes espérances : Aziliz. Voici, me dis-je, quelqu’un qui par nature est indéterminé et indéterminable. Celle qui n’a pas de sensation allait bientôt devenir l’objet de la destruction de Sens. C’est ainsi que je conçu le plan le plus génial ! Le plan qui allait réduire Sens à Néant !

Une œuvre parfaite est une œuvre achevée. Si la réalité est parfaite c’est qu’elle doit être déjà finie. Notre histoire est écrite depuis des siècles. J’ignore le nom de son auteur à moins qu’il ne s’agisse de moi-même. On ne peut lutter contre soi ? On ne peut lutter contre sa propre finitude ? Rien n’est moins sûr car si je réussis à rendre la réalité imparfaite et inachevée, j’aurais gagné mon ambitieux pari. Il n’existe qu’une seule œuvre qui soit imparfaite. Il n’y a qu’une seule œuvre qui puisse évoluer en fonction des volontés qui la parcourent et la génèrent… la seule qui puisse rivaliser avec celle de Dieu. De mon temps, nous appelions ça… un jeu de rôle.
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par Tao' (Ulysse) » 06 Sep 2010, 19:18

Waouh !

Bravo ! Vraiment, c'est génial !

Bonne chance pour la suite qui, j'espère, sera encore mieux que ce petit avant-goût !

Tao', qui risque de ne pas pouvoir tenir jusqu'en 2012...
Tao' (Ulysse)
 
Message(s) : 5
Inscription : 28 Avr 2010, 09:51

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par ShamZam » 06 Sep 2010, 20:40

Woh punaise ! Je me suis arrêté de lire tellement ça me prenait aux tripes et que ça m'a grave donner envie de lire ce qui vient avant.

Avec mes emmerdes actuels , les tunes c'est pas ça mais comme je m'aperçois que Sens ça se lie très bien apparemment, ça passera dans le budget romans du mois prochain !
Alex
studio Gobz'Ink : Arlequin (AGONE), bestYoles, CARTOM, Drôles d'étoiles et Eclipse
ShamZam
 
Message(s) : 524
Inscription : 08 Fév 2009, 22:24
Localisation : Metz

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par Frédéric » 06 Sep 2010, 22:21

Excellent !
Sincèrement, cette intro m'a scotchée et pourtant je connais déjà un peu Sens Néant !
Ça c'est de la bonne propag... publicité !
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par Fabien | L'Alcyon » 06 Sep 2010, 22:37

Ha ! Je commence à comprendre le lien entre critique artiste et logique ! J'attends de lire la suite ^^
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par Chemeeze (Adrien) » 06 Sep 2010, 23:03

Tu es prêt à bosser pour des multi-nationales et à produire teasers et autres mises en bouches. Es-tu fier de ce que la société de consommation à fait de Toi ? Tu uses des mêmes artifices que la Foule de gens aveugles à Son existance ! Rhaaaaaaaaaaaaa, vivement la sortie de la suite !!!!
Chemeeze (Adrien)
 
Message(s) : 388
Inscription : 26 Mars 2010, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par Wolion » 09 Sep 2010, 02:17

Pute borgne !

J'avais la larme à l'oeil devant les souffrances de Classiss. On notera également le changement de ton par rapport au Classiss des tomes précédents. Il était la touche de fraicheur de la fin de Renaissance et de Mort. Il est une devenu un personnage tragique et plein de Sens.
Oui, je suis très sensible à la souffrance d'autrui, y compris les personnages de fiction, et alors ? ^^

Bon bah mon p'tit Romaric, après un truc pareil, je crains fort qu'on ne doive t'enchainer à une chaise soudée au sol devant ton bureau, histoire que tu nous finisses tout ça très vite ^_^

PS : bon, moi je quitte ma Marseille natale l'an prochain pour Nantes, donc ma propre campagne attendra quelques années. Mais j'ai déjà une table complète qui a pris rendez-vous pour dans 4 ans. Comme quoi certaines personnes personnes sont vraiment motivées par ton travail (moi le premier, j'ai tellement lu et relu les deux premiers tomes que je les connais par coeur).
Wolion
 
Message(s) : 100
Inscription : 12 Avr 2010, 22:29

Re: Sens Néant (un extrait)

Message par Romaric Briand » 09 Sep 2010, 07:24

Merci les gars, pour tous vos encouragements, et pas uniquement pour ceux sur ce thread, merci infiniment !
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo


Retour vers Sens Hexalogie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron